Actualités

Port-Louis : 79e commémoration de la découverte du charnier de la citadelle - 24/05/2024

Le 23 mai 1945, dans une fosse longeant les remparts de Port-Louis, étaient exhumés 69 cadavres de résistants exécutés par les soldats allemands. Le mardi 23 mai 2024, était commémoré, sous l’égide du comité du Pays de Lorient de l’ANACR (Association Nationale des Anciens Combattants de la Résistance), le 79e anniversaire de cette sinistre découverte. Parmi les victimes il y avait 6 inconnus dont 4 ont finalement été identifiées. « Il en reste deux dont la recherche d’identification est toujours en cours », confiait le maire Daniel Martin. Les premières exécutions avaient eu lieu le 9 mai 1944, les dernières en juillet 1944. Le charnier avait été dynamité par les allemands pour faire croire à une destruction causée par une bombe, lancée par l'aviation alliée. Jusqu'à la découverte de la fosse, les familles ignoraient tout du sort réservé à leur père, leur fils, leur époux... Les victimes dont beaucoup avaient les mains entravées par du fil de fer, et les yeux bandés, étaient abattues au bord de la fosse, et recevaient le coup de grâce d'une rafale de mitrailleuse. Les 69 résistants fusillés étaient originaire des communes de Lanvénégen, Guiscriff, Meslan, Guémené-sur-Scorff, Cléguérec, Groix, Hennebont, Locmiquélic, Lorient, Moustoir-Remungol, Naizin, Noyal-Pontivy, Plouay, Pluméliau, Pontivy, Saint-Thuriau, Silfiac, Paris, Gouarec, Lescouët-Gouarec, Querrien, Quimperlé et Scaër. Le mémorial a été érigé en 1959. #morbihan #regionbretagne #DevoirDeMémoire #anacr #ONACVG #souvenirfrancais


Gourin : 20e « Rencontres Culturelles » de l’association « A Ciel Ouvert » - 13/05/2024

L’Association « A Ciel Ouvert » (ACO) a inauguré, dimanche 12 mai 2024, les 20e « Rencontres Culturelles », au château de Tronjoly. Ce ne sont pas moins de 35 artistes, issus de toute la Bretagne, qui exposent leurs œuvres : peintures, sculptures, photographies, créations d’objets… Un prix du public sera décerné à la fin de l’exposition. « Nous encourageons les visiteurs à voter pour leur artiste préféré », s’exclame Nicole Jamet ; présidente d’ACO. Pratique : Du 12 au 20 mai 2024, au château de Tronjoly, de 11 h à 18 h. Entrée gratuite. #gourin #morbihantourisme #regionbretagne #tourismeroimorvancommunauté #otprm #morbihan #bretagne #paysroimorvan


Lauzach : Cérémonie hommage aux combattants de Dien bien Phu, il y a 70 ans - 10/05/2024

Mardi 7 mai 2024, une cérémonie a été organisée au Mémorial de la guerre d’Indochine, à Lozach, au sud-est du Morbihan, à l’occasion des 70 ans de la capitulation de Dien Bien Phu. Ce fût l’occasion de rendre hommage aux derniers vétérans de cette bataille, et notamment au Gourinois Henri Ploskonka, l’un des derniers vérérans, qui était présent. Henri Ploskonka est né à Coubert en Seine et Marne (77) le 1er août 1933. A 18 ans il s’engage dans les commandos parachutistes. Il est breveté à Meucon, en janvier 1952. Il rejoint ensuite Saint Brieuc pour 6 mois, avant son départ pour Saïgon, au sein du 6e bataillon de parachutistes coloniaux (BPC). Puis le bataillon se dirige vers la capitale, Hanoï. Il saute sur Thu lê, à une quarantaine de kilomètres au nord-ouest de Nghia Lo, en octobre 1952. Durant 8 jours les parachutistes affrontent les divisions Viet Minh 308 et 312. Il participe ainsi à la première victoire du bataillon Zatopek également appelé bataillon Bigeard. Les 400 parachutistes du bataillon sont décorés à l’issue de la bataille. Le 16 juillet 1953 il saute sur Lang Son à la frontière chinoise pour détruire un stock de munitions. En septembre 1953 il saute au Laos, puis le bataillon rentre à Hanoï. Le 16 octobre 1953 les bérets rouges effectuent leur premier saut sur Dien Bien Phu pour occuper la cuvette et faire des travaux d’aménagement. Au bout d’un mois le bataillon retourne à Hanoï. Le bataillon est presque rapatriable. La fin de son séjour en Indochine est prévue pour fin mars, mais, le 15 mars 1954, les bérets rouges sont réquisitionnés. Ils sautent sur Dien Bien Phu le 16 mars . Ils occupent les pitons rocheux sur Eliane 1 et Eliane 2. Ceux-ci étaient précédemment occupés par les Viêt-Minh. Ils les ont chassés afin de prendre leur place. Puis ils ont occupé Eliane 10 non loin du PC du colonel Grauwin. Dans la nuit du 31 mars au 1er avril, Henri Ploskonka a été blessé à la poitrine par des éclats d’obus. Il est allé consulter le docteur Grauwin, mais le dispensaire était débordé par l’afflux de blessés. Il est donc resté sans soins, allongé dans une tranchée, à côté d’un légionnaire également blessé, jusqu’au 3 avril au matin. Il a regagné son bataillon à Eliane 10 sans être soigné. Après 2 jours de repos, il s’est résolu à continuer le combat, malgré le fait qu’il était diminué par sa blessure. Il a ainsi participé à toutes les contrattaques de sa compagnie. « Nous avons reçu un ordre de replis et on nous a demandé de détruire les armes », raconte Henri. « Nous avons été encerclés par les Viêt-Minh puis faits prisonniers. Le triage sur le camp a duré 4 jours, puis nous sommes partis pour la grande marche qui devait nous conduire dans les camps de prisonniers. Je suis arrivé au camp 70 à la frontière chinoise ». « Pour faire la grande marche de 700 kms afin de rejoindre les camps de prisonniers, les Viêt-Minh ont demandé aux prisonniers de retirer leur chaussures et de laisser sur place les objets lourds », ajoute Henri. « C’est à ce moment-là que j’ai récupéré un casque laissé par un grand gaillard. Ce casque m’a sauvé la vie, car il m’a permis de récupérer de l’eau dans les rizières, mais aussi de cuire du riz, afin de ne pas mourir de faim. Dans le camp de prisonniers, durant deux jours, j’ai été affecté à la corvée de riz. Mais comme j’étais gravement blessé, j’ai fait pitié à nos gardes chiourmes qui m’ont chargé d’une tâche moins lourde, enterrer les morts… J’ai ainsi inhumé près d’une centaine de corps. Pour creuser, j’utilisais le fameux casque et un simple bâton. J’ai failli mourir d’épuisement». Au bout de trois mois, Henri a été échangé contre 4 prisonniers Viet-Minh, en juillet 1954. « J’ai été porté sur un brancard par un légionnaire et 3 parachutistes. J’étais mourant. Je pesais moins de 40 kg. Je suis arrivé sur mon brancard à Ifong, puis j’ai été emmené àHanoï. ensuite j’ai été hospitalisé à Saïgon ». Henri a été rapatrié sanitaire en octobre 1954. Il a été hospitalisé à l’hôpital Villemin à côté de gare de l’est, puis à Percy, au Val-de-Grâce, à Bégin. Il a été soigné durant plusieurs années. Il s’est réengagé et a participé à la guerre d’Algérie. En retraite il consacrait son temps à visiter ses camarades hospitalisés aux Invalides. Lorsque ceux-ci sont décédés, il s’est résolu à quitter la capitale pour résider près de son fils Patrice, à Gourin. Il a obtenu en 2010 le grade d’officier de la Légion d’Honneur. #gourin #roimorvancommunaute #morbihan #regionbretagne #DevoirDeMémoire #anacr #ONACVG #souvenirfrancais


Gourin : Cérémonie hommage aux anciens joueurs déportés et morts pour la France du club de football « Chasseurs de Gourin » - 03/05/2024

Une cérémonie était organisée, mercredi 1er mai 2024, en l’honneur des anciens joueurs déportés et morts pour la France du club de football « Les Chasseurs de Gourin ». Celle-ci se déroulait au monument installé, pour commémorer cette tragédie, au stade Emile Le Gall, ancien maire qui faisait également partie de l'équipe. Parmi les victimes de la barbarie Nazie figurent : Louis Flécher Né le 15 juin 1920 à Lanvénégen. Il était instituteur intérimaire à Guémené sur Scorff. Déporté à Compiègne le 22 juillet 1944, puis à Buchenwald. Décédé à Langestein le 10 février 1945, à l’âge de 24 ans 7 mois et 26 jours. Le stade de Lanvénégen porte son nom. Bertrand Floch Né le 9 décembre 1919 à Gourin. Mort pour la France le 31 mai 1940, dans le Nord du pays, à l’âge de 20 ans 5 mois et 22 jours. Il était quartier maître mécanicien sur le torpilleur « Sirocco » qui a été coulé au large de Dunkerque par une torpille allemande. Joseph Gestin Dit Bob, né à Saint Hernin, employé de mairie à Gourin. Soupçonné par l’occupant d’aider les patriotes, il est déporté à Compiègne le 31 juillet 1944 et vers le camp de concentration de Neuengamme. Il est décédé le 23 juillet 1945 à Watentstedt. Jean-Pierre Le Bris Né le 1er janvier 1906 à Roudouallec. Il était tailleur et son épouse a tenu, après la mort de son mari, un bureau de tabac, en ville, à Gourin. Il est arrêté et déporté vers l’Allemagne, au camp de concentration de Neuengamme où il arrive le 2 juillet 1944. A bout de souffle, il décède peu de temps après son arrivée, le 2 juillet 1944 à l’âge de 36 ans, 6 mois et 1 jour. Une rue porte son nom à Gourin. Albert Le Goff Né le 27 juin 1916 à Gourin. Il était domicilié à Kerguionnet à Gourin. Mort pour la France le 1er juin 1940 à Téteghem dans le nord du Pays, à l’âge de 23 ans, 11 mois et 4 jours. Il était soldat au 137e régiment d’infanterie. Jean Joseph Le Roux Né le 4 novembre 1906, place du Rummel à Gourin. Maréchal des logis au 11e régiment des Dragons. Mort le 13 mai 1940 en Belgique. Il était boucher et sapeur-pompier. Le stade de la route Saint Nicolas à Gourin porte son nom. André Perrot Il est décédé dans le maquis de Gourin. Jacques Rodallec Alors maire de Gourin, Jacques Rodallec a été déporté le 28 juillet 1944 à Compiègne, puis vers le camp de concentration de Neuengamme. Il est décédé à Noemberg le 1er mars 1945, à l’âge de 56 ans, 5 mois et 7 jours. Une rue porte son nom à Gourin. Fabrice Martin, le petit neveu de Jean-Joseph Le Roux, a exposé pour l'occasion, sur le monument commémoratif, une photographie datant de 1936, de l'équipe de football, ainsi que des documents sur son grand-oncle. #gourin #roimorvancommunaute #morbihan #regionbretagne #DevoirDeMémoire #anacr #ONACVG #souvenirfrancais


Gourin : cérémonie de la déportation du 28 avril 2024 - 29/04/2024

La cérémonie de la déportation s’est déroulée au monument de la Résistance, le dimanche 28 avril 2024. Le maire, Hervé le Floch, a lu le message rédigé conjointement par la Fédération Nationale des Déportés, lnternés, Résistants et Patriotes {FNDIRP), la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD) et les Associations de mémoire des camps nazis, l'Union Nationale des Associations de Déportés et lnternés de la Résistance et Familles (UNADIF - FNDIR). Dans le cadre de cette commémoration un hommage a été rendu, par le Souvenir Français du Pays du Roi Morvan, au résistant Gourinois Jean-Pierre Bariou. Jean-Pierre Bariou, nom de résistant Tristan, est né le 10 novembre 1924 à Tréboul, dans le Finistère. Sa famille s’est installée à Gourin où son père, Jean, était préparateur dans la pharmacie Fiche. Dès 1943 il a accompagné son père dans la résistance au sein du réseau Turma Vengeance dont les missions étaient le renseignement, l’action et l’évasion. Il a notamment participé à l’organisation de l’évasion d’un groupe de résistants et d’aviateurs américains à bord du « Moïse » une sardinière de Tréboul. L’opération s’est déroulée le 24 août 1943 date à laquelle un groupe de 23 personnes a pris la mer, à partir de Pors Lanvers en Beuzec-Cap-Sizun, en direction de la Cornouaille anglaise. Dans le groupe d’évadés il y avait notamment le Gourinois Bertrand Le Bihan, qui, par la suite, pilotera un bombardier de la Royal Air Force jusqu’à la fin du conflit. « J’étais déjà officier dans l’armée de l’air », dit-il. « Aussi je suis entré dans les forces aériennes françaises libres, au groupe Lorraine, avec lequel j’ai participé à 85 opérations de guerre, dont j’ai eu la chance de revenir, et j’ai pris ma retraite avec le grade de colonel ». Jean-Pierre raconte : « j’étais certes bien jeune à l’époque puisque je n’avais pas 19 ans, mais j’avais toujours été associé de très près aux activités de résistance de mon père. C’est ainsi que j’ai eu la chance de participer, depuis l’origine, à l’élaboration de ce projet d’évasion. J’ajoute un petit détail qui a son importance dans cette histoire : né à Tréboul, j’étais habitué à passer une grande partie de mes vacances dans ma région d’origine et je connaissais assez bien la côte que je fréquentais assidûment pour la pêche. Durant ce mois d’août 1943, j’effectuai plusieurs voyages entre Gourin et Douarnenez, en bicyclette ou en train. Je faisais ainsi la navette entre Gourin et le groupe de résistants douarnenistes qui préparaient cette évasion. A Gourin le 20 août, mon père fit un dernier pointage des volontaires susceptible de partir immédiatement pour l’Angleterre en plus des 3 personnes déjà retenues, dont l’aviateur Bertrand Le Bihan, et l’américain, originaire du Texas, Cecil Bell. Ils furent au total huit partants de Gourin. » Arrivé sur le lieu de de départ, Bertrand Le Bihan se rappelle « combien le petit bras de mer auprès duquel nous avions été amenés m’avait paru étroit. Dans la lueur minimum de cette nuit sans lune, on arrivait quand même à deviner vaguement les contours de cette minuscule crique, et je me demandais comment un bateau pouvait accoster à cet endroit, au milieu des rochers. » Lors de l’embarquement Jean-Pierre se posa la question de sauter le pas, car « c’était évidemment beaucoup plus excitant pour un jeune de rejoindre Londres, que de rester en France, pour les tâches obscures et souvent ingrates de la résistance. Mais les instructions étaient de rester sur place où on serait plus utile. » Je restai donc, et finalement, si cela me valut de connaître plus tard la prison, les interrogatoires de la Gestapo et les camps de concentration allemands, ce que le destin décida pour moi cette nuit-là, fut probablement la bonne solution. Je ne regrette rien et je devais avoir par la suite d’autres occasions de rejoindre l’Angleterre ». Jean-Pierre Bariou, qui était étudiant en droit à Rennes, a été arrêté dans cette même ville, le 9 mai 1944, le lendemain de la rafle de Gourin, du 8 mai 1944. Il a été transféré de Rennes vers Compiègne le 26 juin 1944. Déporté de Compiègne vers Neuengamme le 28 juillet 1944. Matricule 40 412. Libéré le 21 avril 1945 à Friedrishruhe. Il est décédé à Paris le 8 août 2005, à l’âge de 80 ans. #gourin #roimorvancommunaute #morbihan #regionbretagne #DevoirDeMémoire #anacr #ONACVG #souvenirfrancais


Gourin : les ateliers d’Ateliers en Expos s’exposent à Tronjoly - 28/04/2024

L’association d’Ateliers en Expos expose ses ateliers, du samedi 27 avril au mercredi 8 mai 2024, au château de Tronjoly. Les visites sont gratuites. Elles se déroulent tous les jours, de 14 h à 18 h. Les disciplines abordées sont la couture, la peinture, le cartonnage, les loisirs créatifs, le dessin, l’encadrement, la photographie, la sculpture, le modelage terre, la broderie traditionnelle, les costumes bretons... Des démonstrations sont prévues : ateliers créatifs le samedi 27 avril et le mercredi 8 mai ; couture, le mardi 30 avril ; échecs, les samedis 27 avril et 4 mai; mosaïque, dimanche 28 avril et mercredi 1er mai. #gourin #morbihantourisme #regionbretagne #tourismeroimorvancommunauté #otprm #morbihan #bretagne #paysroimorvan


Gourin : un spectacle de danse avec MJ Breizh Story - 15/04/2024

Les membres de l’association Gourinoise MJ Breizh Story ont présenté leur travail de l’année, samedi 13 avril, à la salle des fêtes de Tronjoly. « C’est le premier spectacle que nous présentons depuis 2017 », disent les coprésidentes Delphine et Laetitia. Les danseuses du centre de danse et de fitness Art et Forme, de Quéven, se sont jointes à elle pour l’événement baptisé « MJ Breizh fait ce qu’il lui plaît ». « Nous allons leur rendre la pareille à Quéven, au mois de juin », indiquent les responsables. Les spectateurs se sont régalés de toutes les chorégraphies proposées et ont particulièrement appréciés la diversité des différentes propositions. #gourin


Rassemblement de l’Amicale des Vieux Carbus à Trégunc - 25/03/2024

Dimanche 24 mars 2024, l’Amicale des Vieux Carbus de Concarneau a organisé un rassemblement de véhicules de collection, sur le parking de Britt Boutik à Trégunc. Une occasion de voir des belles cylindrées et de se remémorer des vieux souvenirs… #tregunc


Gourin : lors de la cérémonie du cessez le feu de la guerre d’Algérie, un hommage particulier a été rendu à la marine française, au travers de l’histoire du jeune Gourinois Jean-Paul Hémon, marin naufragé - 21/03/2024

Jean-Paul a été mobilisé durant la guerre d’Algérie de 1959 à 1961. Il était matelot mécanicien sur « L’intrépide », escorteur côtier de 53 mètres. Le navire, basé à Mers El-Kébir, en Algérie, était affecté à la surveillance maritime. Il arraisonnait les bateaux qui trafiquaient avec le FNL, le Front de Libération Nationale d’Algérie. 40 marins y étaient embarqués sous le commandement du capitaine Barthélémy. Le 8 décembre 1960, « L’intrépide » a été mis en état d’alerte avec 3 autres bâtiments. « Le temps était épouvantable », raconte Jean-Paul. « On espérait ne pas devoir sortir en mer, mais une alerte est survenue et nous avons dû appareiller. Les conditions étaient dantesques. Nous avions tous le mal de mer… Le bateau affrontait des vagues de 8 à 9 mètres, de véritables murs d’eau. Alors que nous naviguions, l’ordre de mission a été annulé. Mais la tempête ne nous a pas permis de rentrer au port. Nous naviguions à la cape, face au vent et à la lame. On se rapprochait des côtes espagnoles lorsque tout d’un coup le navire a été heurté par une vague de travers, qui nous a fait chavirer. Il faisait nuit. On s’est retrouvé à l’envers, dans l’eau… Je ne sais pas combien de temps nous sommes restés dans cette position car nous avons complètement perdu nos repères. L’attente était interminable, l’inquiétude intense. Nous étions ballottés comme des bouchons. Subitement, je ne sais pas pourquoi, après plusieurs heures angoissantes, le bateau s’est remis à l’endroit. Comme nous n’avions plus de contact radio, le navire avait été porté disparu. L’équipage a alors été habité par un immense instinct de survie. Les électriciens ont miraculeusement réussi à démarrer les groupes électrogènes. Puis les mécaniciens ont eux aussi réalisé des prouesses, en démarrant les quatre moteurs à propulsion. Nous avons ainsi pu reprendre la maîtrise du bateau. Mais la tempête ne s’était pas calmée. Nous sommes restés plusieurs jours sans manger, car le pont était sans cesse balayé par les vagues. Hors, pour accéder aux cuisines, il fallait passer par le pont. Alors on a attendu en navigant avec un phare en ligne de mire, seul repère dans l’immensité liquide. Nous étions dans l’impossibilité d’avancer. Puis la tempête s’est calmée et nous avons pu regagner le port. Tous les marins de Mers El-Kébir nous attendaient. Parmi eux, mon ami Gourinois, Gilbert Boulben, qui ne pensait plus nous revoir. Nous étions des miraculés. Cet événement a fortement influé sur ma vie », ajoute Jean-Paul. « Avant mon service militaire j’étais mécanicien dans la marine marchande. Mais lorsqu’on était à l’envers, je me suis juré une chose. C’est que, si on s’en sortait, j’arrêterais la navigation, je ne retournerais pas dans la marine marchande. Juste avant la fin de mon service militaire un premier maître, pour qui j’avais une grande estime, a essayé de me convaincre de m’engager. Mais j’ai tenu bon. Je ne suis plus jamais remonté sur un bateau. » #gourin #roimorvancommunaute #morbihan #regionbretagne #DevoirDeMémoire #anacr #ONACVG #souvenirfrancais


Gourin : Le Souvenir Français prépare les cérémonies pour le 80e anniversaire de la Libération - 19/03/2024

Les membres du Souvenir Français du Pays du Roi Morvan se sont réunis en assemblée générale, samedi 16 mars 2024, au local des associations. En 2023 l’association a participé à 25 cérémonies patriotiques à Langonnet, Auray, Gourin, Port-Louis, Roudouallec, Saint Cyr Coëtquidan, Le Faouët, Langoëlan, Berné, Priziac... Des hommages ont été rendus à des soldats morts pour la France au cimetière de Langonnet pour Louis Petro (guerre d’Algérie), à celui de Gourin, pour Joseph Saint Jalmes (1re guerre mondiale) et Louis Lincy (Indochine), ainsi que pour Jean-Louis Moren, marin du Pluviôse, au Faouët. Trois porte-drapeaux ont été décorés : Patrick Franchon, Alain Daviou et Joël Petro. Le souvenir Français a également accompagné la classe bilingue de CM1-CM2 de l’école publique Jean Rostand, pour le concours départemental organisé conjointement par l’Office National des Combattants et des Victimes de Guerre (ONACVG), le Souvenir Français du Morbihan et l’Education Nationale. Ces derniers ont obtenu la 2e place pour leur travail sur le poilu Joseph Saint Jalmes. Le projet s’est conclu par la venue, à Gourin, des descendants du soldat, qui résident, pour la plupart, dans le sud de la France. « 2024 sera une année riche en commémorations qui se feront, pour certaines, dans le cadre du 80e anniversaire de la Libération », indique Pierre-Marie Quesseveur, président. « Une manifestation est notamment prévue au Faouët, le 14 juin, et une autre à Gourin les 3 et 4 août ». Cette fois se sont les élèves de la classe de CM2 de l’école Saint Pierre qui se présentent au concours départemental. Leur sujet : le gourinois Jean Bariou, chef du réseau Turma Vengeance, qui a sauvé une centaine d’aviateurs américains durant la seconde guerre mondiale. #gourin #lefaouet #roimorvancommunaute #morbihan #regionbretagne #DevoirDeMémoire #anacr #ONACVG #souvenirfrancais


Gourin : « Breizh in the USA » en avant-première au cinéma Jeanne d’Arc. - 12/03/2024

Le réalisateur Philippe Orreindy était de passage à Gourin, dimanche 10 mars 2024, pour présenter en avant-première son nouveau film « Breizh in the USA ». Il est également le réalisateur du documentaire « La grande traversée » qui raconte l’histoire de l’émigration bretonne, à partir de la ville de Gourin, vers les USA. Cette fois Philippe Orreindy a réalisé un road movie qui raconte l’épopée du groupe « Breizh Amerika Collective » à travers les USA. « C’est le troisième film que je viens présenter à Gourin, ville à laquelle je suis très attachée », dit-il. « Aujourd’hui c’est une première mondiale. Je suis bien content de revenir dans la capitale des montagnes noires. La dernière fois c’était en 2015 pour "La grande traversée" ». C’est un road movie à travers les Etats Unis (New-York, Cleveland, Chicago, Santa Fe...) qui met en lumière avec émotion, poésie visuelle et humour, que la musique est universelle, que les migrations et les brassages sont incessants, inhérents et nécessaires à l’Humanité… Les membres de la tournée ont été hébergés à chaque étape par la communauté bretonne émigrée. Ce groupe pionnier confirme le statut de « worldmusic » de la musique bretonne, en jouant avec des musiciens des communautés garifunas (des Caribéens, à la langue amérindienne) et hispaniques. « Ce film part du désir de montrer une Amérique de la diversité et ouverte sur le monde, à l’opposé de son image conservatrice et réactionnaire. L’Amérique des communautés - dont la minorité bretonne - qui ont fait et font ce pays, en se mélangeant... L’Amérique de la tolérance et de la fraternité, curieuse des autres peuples et de leur culture, parce que n’ayant elle-même qu’un patrimoine historique (occidental) récent », conclue le réalisateur. Photo 1 : Philippe Orreindy a été reçu à Gourin par Jean-François Baudet, président de Bretagne TransAmerica et cameraman sur la tournée « Breizh in the USA ». Photos suivantes : des images de la tournée et de Philippe Orreindy, notamment devant la maison de Nicolas Le Grand, pionnier de l’émigration bretonne en Amérique du Nord. #gourin #morbihantourisme #regionbretagne #tourismeroimorvancommunauté #otprm #morbihan #bretagne #paysroimorvan


Gourin : « Si on chantait » a reçu la chorale de Concarneau - 06/03/2024

La chorale Gourinoise « Si on chantait », qui officie au sein de l’association « d’Ateliers en expos », a reçu dimanche 3 mars 2024, celle de Concarneau, « Les gabiers du passage ». L’église était pleine pour cette rencontre, durant laquelle ont résonné des chants de marins, des chansons françaises et bretonnes, mais aussi des créations contemporaines… La chef de cœur, Marie Andrée Daviou, était particulièrement contente de la prestation de ses membres, qui sont au nombre de 55 cette année. « Ça fait vraiment plaisir d’apporter de la joie au public qui a fait l’effort de se déplacer pour venir nous entendre », dit-elle. « Nous avons partagé deux chansons avec nos homologues de Concarneau. C’était une bien belle communion ! » #gourin #morbihantourisme #regionbretagne #tourismeroimorvancommunauté #otprm #morbihan #bretagne #paysroimorvan #concarneau


Gourin : Deux anciens combattants, qui ont connu l’occupation allemande, ont témoigné devant des CM2 - 24/02/2024

Marcel Carmard et Pierre Urvoas sont venus témoigner, lundi, devant les élèves de la classe de CM2 de l’école Saint Pierre. Les écoliers participent cette année au concours départemental du Souvenir Français. Ils s’intéressent à la résistance Gourinoise, et plus particulièrement au préparateur en pharmacie Jean Bariou, chef local du réseau Turma Vengeance. « On avait six à sept ans à l’époque mais on se souvient bien des soldats allemands qui occupaient la ville et du climat très spécial qui y régnait à cette époque », disent-ils. « On était plus jeunes que vous, mais les souvenirs sont toujours là. C’était l’époque des privations. Il y avait des tickets de rationnement. Les gens se débrouillaient comme ils pouvaient. « Le 9 mai 1944, les allemands ont bouclé la ville », raconte Marcel. « Ils se sont mis à la recherche des jeunes gens pour les envoyer au Service de Travail Obligatoire. Ceux qui ont été pris ont été parqués sur la place du centre-ville. Ma grand-mère y tenait une épicerie et les soldats y ont installé leur quartier général. Moi, du fait de mon jeune âge, ils me laissaient circuler, et les membres des familles me passaient des messages et de la nourriture, pour que je les transmette à leurs fils ou à leurs frères. ». « Pour ma part ce jour-là, j’étais au lit avec mes frères et sœurs lorsque les soldats ont fait irruption dans la maison qui se situait rue neuve», ajoute Pierre. « Ils cherchaient mon frère Yves, qui était allé se cacher dans la remise, sous des fagots. Ils ont dirigé leurs fusils vers notre lit. On était terrifiés. Ils nous paraissaient immenses et on voyait bien qu’ils ne plaisantaient pas. J’en tremble encore ! » Par la suite Yves, comme beaucoup de réfractaires au STO, a rejoint la résistance. Le 5 août 1944 il a suivi les soldats américains qui ont libéré Gourin. Il n’est revenu à dans la capitale des Montagnes Noires que lorsqu’il a été démobilisé, en 1945. Quant à Jean Bariou, il avait été prévenu du projet de rafle par les gendarmes. La police allemande désirait l’interroger, comme un certain nombre de Gourinois, soupçonnés d’aider les résistants. Se sachant découvert, il s’est caché dans la rivière de Pont-ar-Len, pendant plus de 5 heures. Puis il a quitté la ville pour rejoindre la région de Douarnenez, qu’il n’a pas quitté jusqu’à la fin de la guerre. Son fils n’a pas eu cette chance. Il a été arrêté et déporté au camp de concentration de Neuengamme puis à Sachsenhausen-Oranienbourg. Il en est revenu… Les élèves étaient particulièrement fiers de montrer à Marcel et à Pierre l’acte de naissance et l’acte de décès de Jean Bariou, père, qu’ils ont pu récupérer aux secrétariats de mairies de Meilars, à côté de Douarnenez, et Gourin. Ils ont été surpris d’apprendre que Marcel Carmard était son filleul. C’est une réalité qui permet de leur faire prendre conscience que l’histoire n’est pas si éloignée de leur quotidien ! #gourin #regionbretagne #tourismeroimorvancommunauté #otprm #morbihan #bretagne #DevoirDeMémoire #anacr #paysroimorvan #souvenirfrancais


AG de Bretagne TransAmerica : une année marquée par l’inauguration de la statue de la Liberté - 20/02/2024

Les membres de l’association Bretagne TransAmerica se sont réunis en assemblée générale, samedi 17 février, à la maison des associations. Ils sont revenus sur le succès de l’inauguration de la statue de la Liberté. Celle-ci s’est déroulée le dimanche 6 août 2023, en présence notamment de la consule des Etats-Unis d’Amérique Elisabeth Webster et du Chairman fondateur de la fameuse Grande Parade de la Saint-Patrick de New-York, Hilary Beirne. De nombreux américains étaient présents dans une foule éclectique qui a célébré le symbole de la Liberté. « Le succès de la manifestation a dépassé nos espérances », confiait Jean-François Baudet, président, « prouvant l’attachement de la population locale à l’histoire de l’émigration bretonne en Amérique du nord ». A cette occasion un panneau a été réalisé avec le nom de 330 donateurs qui ont participé au financement du monument. Celui-ci trône désormais au cœur de l’exposition sur l’émigration des bretons en Amérique du nord. L’exposition itinérante « Ces bretons d’Amérique » a été installée durant quinze jours au lycée Colbert de Lorient, et au lycée Joseph Loth de Pontivy. Deux conférences ont été proposées aux élèves sur l’histoire des Bretons en Amérique du nord. Le film « La Grande traversée » a été projetée dans les deux établissements. Le corps enseignant s’est déclaré très satisfait par la démarche et souhaite renouveler l’expérience dans les années à venir. L’exposition permanente sur l’émigration bretonne en Amérique du nord, installée au château de Tronjoly, s’est tenue durant les mois d’août et de juillet. Elle a permis de nouer de nombreux contacts avec des bretons établis outre Atlantique. Une nouvelle scénographie a été mise en place pour permettre une circulation plus aisée dans l’espace muséographique. L’accueil des groupes de visiteurs a également été assuré dans le cadre d’une collaboration avec l’office de tourisme et l’association Traditions et Patrimoine en Montagnes Noires. Des permanences ont été également organisées à Tronjoly, pour la distribution des contreparties offertes aux donateurs (pins, modèles réduits de la statue de la Liberté, affiches). Le bureau a été renouvelé : président : Jean-François Baudet ; vice-présidente: Christiane Jamet ; trésorier: Pierre-Marie Quesseveur #gourin #morbihantourisme #regionbretagne #tourismeroimorvancommunauté #otprm #morbihan #bretagne #paysroimorvan


Gourin : les anciens combattants en ordre de marche pour le 80e anniversaire de la libération de Gourin - 05/02/2024

L’Amicale des Anciens combattants de Gourin-Le Saint s’est réunie en assemblée générale jeudi 1er février 2024. Une minute de silence a été observée en honneur aux trois camarades décédés durant l’année 2023 : Honoré Pochat, Gaston Quilléré et Jean Quinio. Le calendrier des cérémonies patriotiques a été distribué. L’année 2024 sera marquée par le 80e anniversaire de la libération de la ville par la 6e division blindée américaine. Celui-ci sera organisé le weekend des 3 et 4 août. Des animations sont prévues au château de Tronjoly et en ville : reconstitution d’un camp de la seconde guerre mondiale, défilé de véhicules d'époque, spectacles, expositions, cérémonie… #gourin #morbihantourisme #regionbretagne #tourismeroimorvancommunauté #otprm #morbihan #bretagne #DevoirDeMémoire #anacr #paysroimorvan


Meslan : les vœux de RMcom - 29/01/2024

Renée Courtel, présidente de la communauté de communes du Pays du Roi Morvan (RMcom) a présenté ses vœux, vendredi 26 janvier 2024, à la salle des fêtes de Meslan. Ce fût l’occasion de faire le bilan de l’année écoulée et de mettre l’accent sur les projets à venir. : installation de la fibre, santé, prise de compétence de l’assainissement collectif, gestion des déchets, micro crèches, espace de vie sociale, petites villes de demain, accueils de Loisirs sans Hébergement, énergies, piscine, plan local d’urbanisme intercommunal, politique du logement, agriculture, agriculture, France service, culture et tourisme… #meslan #gourin


Gourin : Les anciens combattants visitent les résidents de l’Ehpad - 26/01/2024

Marcel Carmard et Pierre Urvoas, respectivement président et trésorier de l’amicale des Anciens Combattants de Gourin-le Saint se sont rendus, jeudi, à l’Etablissement Hospitalier pour Personnes Dépendantes (Ehpad) Menez Du, de Gourin, pour y rencontrer trois membres de leur association. « C’est pour nous l’occasion de leur souhaiter nos vœux et de leur envoyer des présents qui vont leur mettre un peu de baume au cœur », indique le président. Les trois anciens combattants mis à l’honneur sont Yves le Derrien, Gérard le Port et Louis le Drenn. Ce dernier a été durant de longues années porte-drapeau des médaillés militaires. Les anciens combattants préparent leur assemblée générale qui aura lieu le jeudi 1er février 2024, à, 16 h 30, à la salle des fêtes de Tronjoly. #gourin


Gourin : le salon du livre de jeunesse à la salle des fêtes de Tronjoly - 21/01/2024

L’inauguration du salon du livre de jeunesse du Pays du Roi Morvan s’est déroulée, vendredi 19 janvier 2024, à la salle des fêtes de Tronjoly. Le salon ouvrira ses portes au public et aux scolaires jusqu’au dimanche 28 janvier avant de se transporter à Guémené sur Scorff, du mardi 30 janvier au mercredi 7 février. Le public pourra y rencontrer des auteurs et des illustrateurs de la littérature jeunesse. Des spectacles sont également programmés tout au long du salon. #gourin #regionbretagne #morbihan #bretagne #paysroimorvan


Roudouallec : le maire a présenté ses vœux - 21/01/2024

Paul Cozic, maire de Roudouallec, a présenté ses vœux à la population, samedi 20 janvier 2024, à la salle des fêtes. Il est revenu sur les réalisations de la commune et s’est félicité de l’implantation de nouveaux commerces sur le territoire communal, alors qu’au début de son mandat il n’y en avait plus sur Roudouallec. L’allocution s’est terminée par la présentation des projets pour 2024 et le partage du verre de l’amitié. #roudouallec #regionbretagne #morbihan #bretagne #paysroimorvan


Des chiffonnettes à l’image de la statue de la Liberté - 18/01/2024

Le 6 août 2023 a vu l’inauguration de la nouvelle statue de la Liberté de Gourin qui s’est déroulée devant un large public sur la place de la Victoire. A cette occasion, l’association Bretagne TransAmerica avait commandé, au photographe Nantais Jean-Marc Arthot, une affiche fusionnant les images emblématiques de New-York et de Gourin, afin de mettre en avant leur histoire commune. En effet, depuis la fin du XIXe siècle nombreux ont été les habitants du pays de Gourin à émigrer vers le nouveau monde, pour vivre le rêve américain. liens indéfectibles « La statue représente notamment les liens indéfectibles qui existent entre l’Amérique du nord et nous, du fait de cette histoire singulière », indique Jean-François Baudet, le président de Bretagne TransAmerica. « Nous avons mis en place, depuis plusieurs dizaines d’année, au château de Tronjoly, une exposition illustrant l’histoire de l’émigration Bretonne dans ces contrées lointaines. La nouvelle statue de la Liberté qui a remplacé celle en composite, offerte à notre association en 1995, est le symbole des relations privilégiées que nous entretenons toujours avec nos Bretons d’Amérique. Elle a été financée par plus de 300 donateurs locaux pour qui l’histoire de Gourin est intimement liée à cet exode vers l’Amérique du nord». Amitié particulière Le point d’orgue de cette amitié particulière s’est donc déroulé le 6 août dernier en présence notamment d’Elisabeth Webster, consul des USA pour le grand ouest. L’affiche qui a été distribuée aux donateurs qui ont financé la statue, a tapé dans l’œil de Sandrine Cadou Le Gall, patronne du magasin d’optique « Les lunettes de Sandrine ». « J’ai eu l’idée d’en faire des chiffonnettes pour nettoyer les lunettes de mes clients », dit-elle. « J’ai pris contact avec Jean-Marc Arthot qui m’a autorisé à le faire et j’ai lancé la fabrication ». Sandrine a également participé activement à l’inauguration du monument, en faisant partie de la chorale qui a chanté « Amazing grace » et l’hymme breton « Bro gozh ma zadoù ». « Ce fut un formidable moment, durant lequel nous avons célébré l’amitié et la solidarité entre nos peuples, en lançant un souffle de liberté sur les bretons du monde », dit-elle. #gourin #morbihantourisme #regionbretagne #tourismeroimorvancommunauté #otprm #morbihan #bretagne #DevoirDeMémoire #anacr #paysroimorvan @jean-marc ARTHOT


Gourin : le maire a présenté ses vœux à la population - 08/01/2024

Hervé le Floch, maire de Gourin, a présenté, samedi 6 janvier 2024, ses vœux à la population, à la salle des fêtes de Tronjoly. Il a notamment indiqué que suite au dernier recensement, la population de la ville est passée à de 3 867 habitants en 2017, à 4 043 en 2023. Après être revenu sur les réalisations de l’année 2023, il a présenté les projets qui sont actuellement en cours d’étude dans le cadre du dispositif « Petites Villes de Demain ». L’allocution s’est conclue par le partage du verre de l’amitié. #gourin


Gourin : les élèves de CM2 de l’école Saint Pierre se sont rendus sur la tombe de Jean Bariou - 14/12/2023

Les élèves de CM2 de l’école Saint Pierre sont allés, lundi après-midi, au cimetière, sur la tombe d’un ancien résistant, Jean Bariou. La visite était organisée dans le cadre du concours départemental 2023-2024 du Souvenir Français. Les écoliers travaillent sur « le rôle de la Résistance dans le Morbihan pendant la seconde guerre mondiale ». Ils sont passés auparavant devant les trois monuments aux morts de la commune, installés sur la place de la victoire, à l’intérieur de l’église, et à l’entrée du cimetière. Ils ont cherché le nom de Jean Bariou, Grand résistant et chef de réseau Gourinois, mais ne l’ont pas trouvé, car celui-ci n’est pas mort pour la France. C’est donc sur sa sépulture qu’ils ont vu inscrit le nom du patriote, qui n’a plus de famille, et dont la concession est arrivée à échéance. Ils ont déposé sur la stèle la cocarde tricolore du Souvenir Français, afin d’indiquer le rôle éminent que le défunt a joué durant l’occupation. Jean Bariou est né le 2 mai 1899. Il était préparateur en pharmacie à l’officine de Mr Fiche, rue Jacques-Rodallec, à Gourin. Engagé dans la France libre en 1942, il a créé, en 1943, son groupe de résistants, section du mouvement Turma Vengeance. Le groupe dirigé par Jean Bariou aidait aussi bien les aviateurs alliés que les réfractaires au service de travail obligatoire (STO). Poursuivi par la Gestapo, Jean Bariou s’était enfui de Gourin avec sa famille, poursuivant toutefois ses activités au sein de la résistance. Jean Bariou était titulaire de la Croix de guerre avec étoile d’argent. Son fils, Jean-Pierre Bariou, également très impliqué dans la résistance, avait été arrêté en mai 1944, déporté à Neuengamme, puis libéré en avril 1945. Les élèves se sont ensuite rendus au square Jean Bariou, situé derrière le monument de la Résistance. Celui-ci a été aménagé grâce un don financier de la Société d’Horticulture et d’Art Floral de Gourin, qui était alors présidée par Marcel Simon. #gourin #morbihantourisme #regionbretagne #tourismeroimorvancommunauté #otprm #morbihan #bretagne #DevoirDeMémoire #anacr #paysroimorvan


Roudouallec : hommage aux Morts pour la France pendant la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie - 07/12/2023

Le mardi 5 décembre 2023, Le Souvenir Français du Pays du Roi Morvan et les anciens combattants de Gourin, Le Saint et Roudouallec, ont organisé, en collaboration avec la municipalité de Roudouallec, au monument aux morts, une cérémonie d’hommage aux Morts pour la France pendant la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie. Les élèves de l’école Sainte Thérèse ont participé activement à la commémoration. Ils ont notamment assisté à la remise du diplôme d’honneur de porte-drapeau avec l’insigne en bronze avec palme argentée à Joël Pétro, porte drapeau sur la commune de Le Saint. Ce diplôme récompense plus de 30 années de fidélité à la fonction. A l’issue de la cérémonie les anciens combattants de Gourin ont déposé une composition florale devant le monument de la guerre d’Algérie qui se trouve à Gourin, rue famille Bouchard, à côté du monument du Souvenir Français. #gourin #morbihantourisme #regionbretagne #tourismeroimorvancommunauté #otprm #morbihan #bretagne #DevoirDeMémoire #anacr #paysroimorvan


Gourin : une rencontre autour du court métrage « Ciel de légendes » au cinéma Jeanne d’Arc - 06/12/2023

Le cinéma Jeanne d’Arc a reçu, dimanche 3 décembre 2023, Ariel Neo, la réalisatrice du court métrage « Ciel de légendes ». Le film de 15 minutes a été suivi par un documentaire sur les coulisses de la réalisation, un envers du décor qui montre notamment les problématiques de tournage avec un aigle Pygargue à tête blanche, personnage principal de la fiction. Ariel Néo qui vit à Briec sur l’Odet, a échangé avec le public sur les différents tournages auxquels elle a participé. Elle a également annoncé son nouveau projet qui mettra en scène un goéland argenté. Ciel de Légendes, qui fait découvrir la Bretagne à travers le prisme de l’aigle, devrait être présenté en avril prochain à New York, ville dans laquelle la communauté bretonne est bien implantée. #gourin #roimorvancommunaute #morbihan #morbihantourisme #regionbretagne #tourismeroimorvancommunauté #otprm